Les Bienveillantes – Jonathan Littell

, par  lio

Avec ce roman, d’un auteur américain, mais écrit en français (raison pour laquelle il est parut en collection blanche), on passe de l’autre coté du monde de la noirceur. Cet imposant roman est les mémoires fictives du Dr Aue, officier SS. Il nous entraine – ou nous traine plutôt… - dans les arcanes du nazisme le plus dur et le plus incompréhensible, à savoir, comment ces hommes instruit, cultivés, issue de bourgeoisie d’un pays qui était un phare de la civilisation, ont pu sombrer moralement si bas et commettre de leurs mains les pires crimes et horreurs jamais commis. Ce mystère reste insondable…

Germaine Tillion disait : Il n’existe pas un peuple qui soit à l’abri d’un désastre moral collectif. Tillion G (1998). Ravensbrück, Seuil, RIS, BibTeX.

Cette somme immense a été l’objet d’un impressionnant travail de recherche puisque tout ce qu’il relate est véridique dans ses moindres détails excepté l’existence du narrateur (que je répugne a appeler héros), de son amis le plus proche SS lui aussi ainsi que quelques personnages secondaires.

Le seul reproche que l’on peut faire à ce livre, c’est que l’auteur, craignant certainement que l’on finisse par éprouver quelques sympathie pour son personnage, c’est sentit obligé de l’affubler de multiples tares afin d’être certain qu’on le trouve bien gerbant ! Malheureusement, la vérité est moins manichéenne.

Références :

Les Bienveillantes Littell Jonathan (2006). Les Bienveillantes, collection « Blanche », Gallimard, 904 p., ISBN: 9782070780976, RIS, BibTeX.

Navigation

AgendaTous les événements

octobre 2018 :

Rien pour ce mois

septembre 2018 | novembre 2018

Annonces

Brèves Toutes les brèves

  • Pierre Bourdieu

    La télévision a une sorte de monopole sur la formation des cerveaux d’une grande partie de la population. Or, en mettant l’accent sur les faits divers, en remplissant le temps avec du vide, du rien ou du presque rien, on écarte les informations pertinentes que devrait posséder le citoyen pour exercer ses droits démocratiques

  • Ernst Jünger

    Peut-être distinguera-t-on à la fin de ce siècle deux classes d’hommes bien distinctes, les uns formés par la télévision, les autres par la lecture.

  • George Orwell

    Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime ! Il est complice.

  • Paul Morand

    "Ailleurs" est un mot plus beau que "Demain"

  • Germaine Tillion

    « Il n’existe pas un peuple qui soit à l’abri d’un désastre moral collectif »

  • André Malraux

    Une civilisation me parait se définir à la fois par les questions qu’elle pose et par celles qu’elle ne pose pas.

  • Voltaire

    Dans une avalanche, aucun flocon ne se sent responsable

  • Proverbe Tchadien

    « La franchise ne consiste pas à dire tout ce que l’on pense, mais à penser tout ce que l’on dit »